Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 10:40

Civil and academic Initiative for defending democratic principles and preserve the rule of law in Romania

 

 

To:

The President of the European Council, His Excellency Herman Achille Van Rompuy

The President of the European Commission, His Excellency Jose Manuel Durao Barroso

The Vice-President of the European Commission, Her Excellency Viviane Reding

The Commissioner for Home Affairs, Her Excellency Cecilia Malmstrom

To the Secretary General of the European Commission, Ms. Catherine Day

 

Bucharest, July 20, 2012

 

Your Excellencies,

 

We are a group of Romanian intellectuals - scholars, academics, and researchers in fundamental, applied, and humanistic sciences, writers, and artists. Some of us are veterans of Romania’s democratic movement, others are representatives of a younger generation, but all of us are ardent defenders of European values. Many of us are not involved in any way in politics; some have various affiliations and sympathies. We express here a non-partisan viewpoint. Our only goal is to defend democratic principles and preserve the rule of law, as we did starting in December 1989.

We are now deeply troubled by external reactions to recent political events in our country. We hope this letter will help to clear up any misconceptions about the current situation and invite dialogue about the way forward. For we are deeply concerned by recent accusations that the Romanian Parliament and Government undermined the rule of law and judicial independence in its attempts to remove President Traian Basescu. It is hard for us to see that outstanding representatives of the European Union expressed a position ignoring a basic principle of law, audiatur et altera pars. This position could only have been arrived at based on misleading or incomplete information about the true nature of the situation within Romania.

 

Please allow us to draw upon our scholarly expertise and intimate knowledge of the political climate to present a few brief points: 

·        The Constitutional Court of Romania is not part of Romania’s independent judicial structure. Rather, it is a politically-appointed institution, and its exclusive vocation is to arbitrate in constitutional matters.

·        The Constitutional Court recognized that, in substituting the role of the Prime Minister, President Basescu transgressed the basic principle of the separation and balance of powers. The government became in fact responsible not before the Parliament, as it is in all the democratic European Countries, but actually before the President, as in the Russian Federation. The Parliament tended to become a void shell when the ruling majority was not allowed to cast its votes whenever there was a risk  of a dissident opinion. As such, his suspension from office by the Parliament is in conformity with the Romanian constitution, and will be confirmed or not by a general referendum, organized in the strictest respect of the law.

 

President Basescu speaks openly and freely about his role as a player, in spite of the fact that such a role is contrary to the constitutional definition of the Romanian president as a mediator.

Other recent incidents confirm our fears concerning the way in which president Basescu understands his competences:

·        In 2009, the parliament voted a motion of censure against the current government, which was dismissed by law. The President refused to recognize the proposal of the majority, as was his due, and did not appoint as Prime Minister the Mayor of the City of Sibiu, Mr. Klaus Johannis, supported by a large majority, but prorogated instead the dismissed government only to be sure that a favorable team will organize his re-election as President of Romania. 

 

·        The President declared live in an interview on TV that he had appointed by his own will both the heads of the Secret Services, who by law have to be appointed by the Parliament; recently, he added that he “almost made his mind” about the future General Attorney, who by law is proposed by the Minister of Justice, with the support of the independent Superior Council of the Magistrates.

 

·        Only a few days ago, the President told a reporter on TV that, when the German Chancellor Angela Merkel asked him if the Romanian Constitution contains any procedure of suspension from office of the President, he answered that  it does not. Maybe it was a slip of the tongue, but how can we put our country’s fate in such hands? The article 95 of the Romanian  constitution is explicit, and defines the procedure of suspension, from its initiation to the end of the process; the fact that the German - or any other European constitution does not is of no consequence in the matter.

 

That is why, over the last few years, average Romanians have become increasingly distressed by the actions taken by President Basescu and his associates. Voters elected his government and himself based on a platform of justice, fairness, and welfare for citizens. Instead, the President in person played his executive role when he initiated savage cuts of the wages and pensions of millions of teachers, soldiers, medical practitioners, judges, and civil servants, decimating the emergent middle class. At the same time, the public funds which paid the patrons of the dominating party increased year by year, in defiance of the general rhetoric of austerity. 

 

Perhaps even more troubling were the manifestations of intolerance among some of the supporters of the President. Not a few leaders of the President’s party declared that the Roma minority of Romania was “genetically programmed” to break the laws. We are constantly told —echoing the president himself—that the European ideal of a society that guarantees a decent life for all is obsolete, and should be replaced by a “competitive” society in which only the fittest and the strongest survive. This brutal form of Social Darwinism is opposed to the democratic values of the European Union that we so eagerly embraced in the last twenty years.

 

These are only a few of the recent events that sparked citizen demonstrations last winter in more than 60 Romanian cities. This popular rejection of intolerance and economic disparity will culminate in our referendum on 29 July. We sincerely hope this referendum will prove that democratic ideals are deeply rooted in Romanian society, vibrant and full of life.

 

We truly appreciate the time and care you give to considering the context we present above regarding Romania’s political climate at this delicate time. We hope that your statements of support in favor of the Romanian democracy will likewise reflect such complex facts, and that together we may pursue our common interest in a democratic, prosperous, and tolerant future both for Romania, and for the European Union.  

 

With our outmost consideration,

 

Nicolae Anastasiu, PhD, professor emeritus, member of the Romanian Academy, Liviu Antonesei, PhD, professor, Department of Psychology and Educational Sciences, « Al. I .Cuza » University Iasi ; writer and journalist, Vasile Astarastoae, Dr., Dr. Med, prof. univ., President of the University of Medicine and Pharmacy  « Gr. T. Popa », Iasi, Chairperson, Colegiul Medicilor din Romania – « Council of Physicians in Romania », Horia Barna, writer, translator, Vlad Bedros, PhD, assistant professor, National University of Arts, Bucharest, Corina Bernic, writer, translator, Cultural manager for Central and East Europe, a programme of the Robert Bosch Stiftung, Andrei Bodiu, PhD, writer, Valentin – Victor Bottez, PhD, lecturer, Department of Ancient History, Archaeology and History of Art, Faculty of History, University of Bucharest, Romulus Brancoveanu, PhD, professor, Department of Philosophy, University of Bucharest, Bianca Burta-Cernat, literary critic, Anca Calangiu, philologist, translator, Ileana Cazan, PhD, senior researcher, deputy chair, Romanian Academy, Institute of History”Nicolae Iorga”, Bucharest, Paul Cernat, literary critic, Marius Chelcu, PhD, Romanian Academy, "A.D. Xenopol" Institute of History,  Iaşi, Mihai Chioveanu, PhD, associate professor, Department Political Sciences, delegate of Romania in the Task Force for International Cooperation on Holocaust Education, Remembrance and Research, Mirana Cioba, PhD, associate professor, Department of Foreign Languages and Litterature, Chair of Ibero-Romance languages, University of Bucharest, Alin Ciupala, PhD, associate professor, Department of Romanian History, University of Bucharest, Razvan  Constantinescu, DrMed., University of Medicine and Pharmacy “Gr.T. Popa”, Iasi, Center for Gastroenterology and Hepatology, Emanuel  Copilas, Ph.D., assitant professor, Department of Political Sciences, “Universitatea de Vest” Timisoara, Marius Costa, DrMed., physician, Anni Costa, independent journalist, Eugen Cuteanu, Dr. Eng., Dorin David, researcher, “Transilvania” University Brasov, Iarina Demian, actress, director, writer, Georgeta Dimisianu, independent publicist, editor, Nicolae Iordan-Constantinescu, PhD, associate professor, Banking and Finance University, Bucharest, Octavian G. Duliu, PhD, professor, Department of Physics, University of Bucharest, Serban Foarţă, writer, Ildiko Gabor -Foarţă, psychologist, translator, Monica Ghetz, PhD, writer, Marius Ghilezan, writer, Cristian E. Ghita, PhD, post-doctoral researcher, University of Bucharest, Mihai Dinu Gheorghiu, PhD, professor, « Al. I .Cuza » University Iasi, Mihaela Grancea, PhD, professor, « Lucian Blaga » University, Sibiu, Andreea Grecu, PhD, cultural manager, Association of Cultural Operators from Romania, Ladislau Gyemant, PhD, professor, Director of the Institute for Judaistic, Babes-Bolyai University, Cluj, Constantin Hlihor,  PhD, Dean of the Department of History, Christian University "Dimitrie Cantemir", Bucharest, Octavian Hoandra, writer, independent journalist, Adrian Paul Iliescu, PhD, Department of Philosophy, University of Bucharest, Eugen Ionescu, DrMed., Hospices Civils de Lyon, Corina Iosif, PhD, senior researcher, Romanian Academy, Institute of Ethnography, Cluj – Napoca, Florin Lazarescu, writer, Ion Bogdan Lefter, PhD, literary critic, cultural and political analyst, writer, professor,Department of Letters, University of Bucharest, Sabin Adrian Luca, PhD, professor, “Lucian Blaga” University, General Director, Brukenthal Museum, Sibiu, Ecaterina Lung, PhD, professor, Department of Ancient History, Archaeology and History of Art, University of Bucharest, Coman Lupu, PhD Department of Foreign Languages and Litterature, Chair of Ibero-Romance languages, University of Bucharest, Alexandru Mamina, PhD, senior researcher, Romanian Academy, Institute of History ”Nicolae Iorga”, Bucharest, Sorin Marculescu, writer, Tudor A. Marian, PhD, professor emeritus of Physics,  University of Bucharest, Paulina Marian,  PhD, professor of Physics,  University of Bucharest, Alexandra Mitrea, PhD, Associate professor, Dean, Department of
Letters and Arts, “Lucian Blaga” University, Sibiu, Andrei Muraru, lecturer, « Al. I. Cuza » University, Iasi, Oana Murarus, PhD,
professor, Department of Letters, University of Bucharest, Marina Muresanu Ionescu, PhD, professor, Department of French Language and Literature, University « Al. I .Cuza »  Iasi, Carmen Musat, PhD, associate prfessor, Department of Letters, University of Bucharest ; editor in chief, “Observatorul Cultural” Bucharest, Lucian Nastasa-Kovács, PhD, Romanian Academy, Institute of History "George Baritiu", Cluj, Victor Neumann, PhD, professor, Department of Letters, History and Theology, Director of the Doctoral School of Conceptual History„Reinhart Koselleck” Universitatea de Vest, Timișoara

Viorica Niscov, independent researcher, translator, Gheorghe Vlad Nistor, PhD, professor, Department of Ancient History, Archaeology and History of Art, University of Bucharest, Cristian Olariu, Ph.D., Associate professor, Department of Ancient History, Archaeology and History of Art, Faculty of History, University of Bucharest, Marius Oprea, PhD, Chairperson of the Department for Special Investigations, Institute for Investigating the Crimes of Communism and the Memory of the Romanian Exile, Alexandru Pecican, theatre and film director, Ovidiu Pecican, PhD, professor, European Studies Faculty, Baves-Bolyai University, Cluj-Napoca, member of the National Council of the Romanian Union of Writers, Emanuel Petac, PhD, Senior reseacher, Library of the Romanian Academy, Numismatic Department, Zoe Petre, PhD, professor emeritus of Ancient History, University of Bucharest, Zeno Karl Pinter, PhD, Correspondent Member, Deutsches Archaeologisches Instituts (DAI), President of the National Romanian Comission for Archaeology, Cristian Pîrvulescu, PhD, professor, National School of Political and Administrative Sciences, President Pro Democratia, Ioan-Aurel Pop, PhD, Member of the Romanian Academy, Rector of the Babes Bolyai University. Cluj – Napoca, Grigore Popescu Arbore, Ph. D., Chief Technology Officer, The National Research Council / CNR, Institute of Marinne Sciences / ISMAR, Venice – Italy, Simona Popescu, PhD, writer, assistant professor, Department of Letters, University of Bucharest, Iulia Popovici, independent literary critic, Mihai Retegan, PhD, DHC Ovidius University, Constanta, professor, Department of Romanian History, University of Bucharest, Zoltan Rostas, PhD, professor, Univeristy of  Bucharest, Michael Shafir, PhD, professor emeritus, Babes-Bolyai University, Cluj, Cezar Sigmirean, PhD, University "Petru Maior", Targu-Mures, Elena Șaulea, PhD,  associate professor, National University of Theatral and Cinematographical Art, Bucharest, Ovidiu Simonca, journalist, deputy editor in chief, “Observator cultural”, Monica Spiridon, PhD, habilit. , prof. univ., University of Bucharest, Member  of Academia Europea, Vicepresident of  the  International Comparative Literature Association (ICLA), Chair to the  Experts Panel of Literature, European Science Foundation ( Program ERIH), Member of The European Pool of Reviewers, Evaluator of the European Research Council (" Bringing Great Ideas to Life", Panel SH5), Filip Stanciu, PhD, Rector, “Lumina” University, Bucharest, Cornel Apostol Stanescu, former General Director for Higher Education and Academic Research, Ministry of Education, Constantin Stoenescu, PhD, professor, Department of Philosophy, University of Bucharest.

Liviu Ioan Stoiciu, writer, publicist, Alexandru Suceveanu, PhD, emeritus vice-director, Romanian Academy Inastitute of Archaeology “Vasile Parvan”, Bucharest, Stelian Tanase, PhD, professor of Political Science, University of Bucharest, writer, Antoaneta Tanasescu, PhD, professor, Department of Letters,  University of Bucharest, Nicolae Serban Tanaşoca, PhD, professor, National University of Art, Bucharest, Director of the Institutute for South-East European Studies,  Romanian Academy, Lucian Dan Teodorovici, writer, Zoltan Tibori Szabo, PhD, senior researcher, associate professor, Department of Political Science, Administration and Communcation, “Babes-Bolyai” University, Cluj-Napoca, Nicolae Toboşaru, PhD, associate professor, University of Oradea, director, profesor asociat la Universitatea din Oradea,Graduate Studies in European Security, Florin Turcanu, PhD, professor of Political Science, University of Bucharest, Silviu Vacaru, PhD, researcher, Romanian Academy, Institute of History "A.D. Xenopol",  Iasi, Alexa Visarion, PhD, theatre director, Viorel Vizureanu, PhD, Associate Professor, Department of Philosophy, University of Bucharest, Laurentiu Vlad, PhD, professor, Department of Political Sciences, University of Bucharest, Felicia Waldman, PhD, assistant professor, University of Bucharest, Daniela Zaharia, PhD, assistant professor Department of Ancient History, Archaeology and History of Art, University of Bucharest.

 

 

Repost 0
Published by gitfrance
commenter cet article
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 14:04

Voici le texte d’un « Manifeste de solidarité avec le Professeur Kazdaghli et les universitaires tunisiens », ainsi que la Liste de ses premiers signataires.

 

Ce Manifeste, qui a été initié par Robert Zittoun, Professeur émérite à l'Université Paris 6, sera rendu public (journaux, remise à l'Ambassadeur de Tunisie, ....) au mois d’octobre, peu avant le procès de Habib Kazdaghli, prévu pour le 25 octobre 2012. Il commence à circuler en France, en Europe et ailleurs, parmi les universitaires, les artistes, les cinéastes, les écrivains,....

 

Pour adhérer à l'appel, il suffit d'envoyer un courriel à l’adresse e-mail du Professeur Robert Zittoun (robert.zittoun@club-internet.fr) en indiquant, votre : Nom, Prénom, Titre ou Fonction et Ville de Résidence, précédé de la Mention : « Je signe le Manifeste de solidarité avec le Professeur Kazdaghli et les universitaires tunisiens ».

 

Voici quelques précisions sur le contexte par Marouane Ben Miled, enseignant à l’Ecole nationale d’ingénieurs de Tunis (http://www.enit.rnu.tn/), chercheur au Lamsin, associé au Ceperc, qui invite à signer le texte de solidarité ci-dessous. « Je ne sais pas si vous avez suivi les événements de la Faculté des lettres de la Manouba en Tunisie depuis la rentrée 2011-2012. Sitting violent, durant plusieurs mois, d'intégristes (dont la grande majorité n'est pas étudiante) qui ont insulté et menacé de mort des professeurs (notamment le doyen), parfois frappé; défoncé des portes de classes; empêché des cours de se tenir; tabassé très violemment des étudiants (notamment pendant dix minutes deux types baraqués se relaient pour donner des coups de pieds sur les parties génitales d'une jeune étudiante); mise à sac du bureau du doyen; remplacement du drapeau tunisien du fronton de l'établissement par un drapeau noir avec une inscription religieuse (drapeau faussement attribué au Prophète) etc. (Moins violent, d'autres événements du même type ont eu lieu dans d'autres établissements d'enseignement public). Le prétexte de tout cela était d'obliger l'administration et les professeurs à accepter que des étudiants puissent suivre cours et passer examens en étant voilés intégralement (on ne voit même pas les yeux). Refus du conseil d'administration et du doyen, qui acceptent néanmoins que l'on puisse circuler ainsi vêtu dans l'établissement mais pas pendant les cours. La complicité du gouvernement, avec ces actes, s'est exprimée par l'absence de réaction des forces de l'ordre malgré les appels du doyen et du conseil d'administration; les prises de positions de plusieurs ministres, dont le ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, qui ont affirmé systématiquement que la responsabilité des évènements revenait au doyen et aux enseignants-chercheurs etc. Ajoutons à cela que deux fils de ministres, dont celui de l'enseignement supérieur, étaient parmi les intégristes qui occupaient les lieux. Tout cela dans un contexte où l'enseignement public est remis en cause depuis la maternelle; des écoles religieuses sont créées dans tout le pays; la mosquée zitouna, vidée des théologiens et savants traditionnels par la force et remplacé par un illettré intégriste, ne se contente pas de redevenir un lieu d'enseignement, mais demande également les locaux de plusieurs établissements supérieurs. Tout cela en dehors de tout cadre légal. Aujourd'hui le Doyen de la Faculté de Lettres de la Manouba est traduit en justice au prétexte d'avoir agressé une étudiante, ce qu'il nie. Il n'y a aucun témoin de cette prétendue agression. Le Doyen risque une lourde peine de prison. »

 

Manifeste de solidarité avec le Professeur Kazdaghli et les universitaires tunisiens

 

Universitaires, intellectuels, professionnels des sciences, des arts et des lettres, nous soutenons les intellectuels tunisiens engagés dans la défense des libertés universitaires de leur pays. Nous partageons leur inquiétude, et sommes préoccupés par les pressions, provocations, et intimidations qui s’exercent à l’encontre d’universitaires dans l’exercice de leurs fonctions, et d’artistes exposant leurs œuvres. Nous avons été consternés d’apprendre que le Professeur Habib Kazdaghli, Doyen de la Faculté des Arts, des Lettres, et des Humanités de l’Université de Tunis-Manouba, est poursuivi devant les tribunaux et menacé d’une lourde peine de prison. Il est accusé d’avoir agressé une étudiante, alors que c’est lui qui a été victime d’agressions violant toutes les normes de conduite à l’égard d’un Professeur et d’un Doyen d’Université, avec des voies de fait confirmées par les nombreux témoignages qui nous sont parvenus. Nous exprimons notre pleine solidarité avec tous les universitaires, intellectuels et artistes qui défendent avec force et courage les valeurs des sciences, des humanités, et des arts. La liberté d’enseignement, de recherche et de création est une condition nécessaire à une vie universitaire et artistique dégagée de toute pression politique ou idéologique, et constitue une valeur universellement reconnue. Cette liberté est nécessaire au développement et au progrès de la société tunisienne, auxquels elle aspire pacifiquement.

 

Premiers Signataires : Jean-Michel Baleyte, Professeur, Psychiatrie de l’enfant, Caen

Patrick Baudry, Sociologue, Professeur des Universités, Bordeaux 3

Sadek Beloucif, Médecin, Professeur Université Paris 13

Philippe Bouchard, Professeur d’endocrinologie, Hôpital Saint-Antoine, Paris

Danièle Brun, Psychanalyste, Professeur émérite de l'Université Paris-Diderot

Claude-Arnold Boccara, Dentiste Paris

René Bokobza, Ingénieur civil Paris

Renato Bensasson, Chercheur CNRS-MNHN, honoraire

Jean-Yves Cahn, Professeur, Clinique Universitaire d'Hématologie, CHU Grenoble

Joel Ceccaldi, Hématologue des Hôpitaux

Christiane Charmasson, Psychiatre-psychanalyste

Geneviève Delzant, Professeur de Médecine Interne, Paris

Patrick Donabédian, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille

Josué Feingold, Directeur de Recherche émerite Inserm

Nicole Feingold, Chercheur de recherche Honoraire Inserm

Arlette Fellous, Chercheur émerite, Inserm

Marc Fellous, Professeur émérite, Hopital Cochin, Paris

Eric Fiat, Philosophe, Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Sonia Gallico, Historienne, Rome, Italie

Michel Geoffroy, Médecin, philosophe

Roland Gori, Professeur émérite Université d'Aix Marseille, psychanalyste

Corinne Haioun, Hématologue, Professeur faculté de médecine de Créteil

Françoise Héritier, Anthropologue, Professeur Honoraire au Collège de France

Norbert Ifrah, Président de la 47ème section du Conseil National Universitaire

Albert Jacquard, Généticien, écrivain

Axel Kahn, Généticien, Président honoraire de l’Université René-Descartes

Malek Kamoun, MD, Professeur de pathologie, Philadelphie, USA

Gabriel Laury, Psychiatre, New-York

Dominique Lecourt, Philosophe, Professeur émérite à l’Université Paris Diderot

Violette Lefi, Avocate, Maire adjointe chargée de la culture, Paris 12

David Machover, Professeur de Cancérologie, Hôpital Paul-Brousse, Villejuif

Daniel Martin, Consul Honoraire de la République de Vanuatu en France

Bernard Noël, Écrivain

Benoit Polack, Hématologue, Professeur au CHU de Grenoble

Henri Rochant, Professeur émérite de la faculté de médecine de Créteil

Simon Schraub, Cancérologue, Professeur émérite Université de Strasbourg

Claude Seys, Psychologue clinicienne, Fréjus

Didier Sicard, Président honoraire du Comité Consultatif National d’Éthique

Jean-Jacques Sotto, Professeur émérite d’Hématologie, CHU de Grenoble

Jean-Claude Soufir, Médecin, hôpital Cochin, Paris

Salvatore Spezial, Dipartimento Storia Culture e Religioni, La Sapienza, Roma, Italie

Gérard Socié, Médecin, Président de la Société Française d’Hématologie

Françoise Valensi, Maître de Conférences-Praticien Hospitalier, retraitée

Lucia Valenzi, Historienne, Université de Naples Federico II

Robert Zittoun , Hématologue, Professeur émérite Université Paris 6

Yasmine Zuily, Professeur émérite, Université Paris-Est, Créteil …………………………………………………………………………………………

 

Repost 0
Published by gitfrance
commenter cet article
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 10:15

Le communiqué du GIT publié précédemment sur le site du GIT FRance a été repris ce matin en Turquie par le journal Radikal. Voir : http://www.radikal.com.tr/Radikal.aspx?aType=RadikalDetayV3&ArticleID=1095093&CategoryID=81

 

git-Pinar-3.jpg 

 

Cette publication a été le fruit d’une intense collaboration entre les groupes de Paris et d’Istanbul.

 

 

 

Repost 0
Published by gitfrance
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 19:00

git-sevil.jpg

 

Depuis le 9 mai 2012, Sevil Sevimli, citoyenne française d'origine turque, étudiante Erasmus, partie étudier dans la région d'origine de ses parents, s'est faite arrêter en Turquie pour avoir acheté quelques livres, être allée à un concert (groupe "Grup Yorum") et avoir participé aux manifestations du 1er mai. Aucune loi en Turquie n'interdit de tels actes... Quelques soient vos origines ou vos idées, si vous êtes attachés à la démocratie et vous êtes révoltés par l'idée même qu'une jeune étudiante de 19 ans partie étudier dans son pays d'origine puisse se faire emprisonner, accusée de terrorisme, sans aucune preuve et sans qu'il soit possible à sa famille et à son comité de soutien d'avoir accès à son dossier. Nous vous invitons à signer et  à diffuser cette pétition. Nous devons montrer à Sevil qu'elle n'est pas seule et manifester notre désapprobation de la dérive autoritaire du pouvoir en Turquie.

http://www.avaaz.org/en/petition/Liberez_Sevil_Sevimli/?ejXoodb  

 

Since the 9th May 2012, Sevil Sevimli, French-Turkish Erasmus student who wanted to study in the region where her parents come from, was arrested in Turkey for buying some books, attending a concert (“Grup Yorum” Band) and participating to the 1st May Demonstration. There are no rules or legislation in Turkey that penalize the mentioned actions.

Irrespective of your origins or ideas if you believe in democracy and if you are revolted by the idea that a 19 year old young student who went to study in the country of her parents can be imprisoned, accused of terrorism without any proves and without any possibility for her family and supporting committee to access to her file.

 

Of course Sevil is not alone in her case, far from it, hundreds of people, journalists, academicians, students and intellectuals are imprisoned in Turkey due to the exception laws that are supposed to fight against terrorism. The problem is that these laws became an instrument to gag any kind of contestation in the country. Sevil is a symbol because in her situation the injustice is obvious and there are hefty fines out of all proportion to the alleged offenses: she is accused to “belong to a terrorist group”. Turkey is a candidate country to the European Union and considers itself as an example for the Middle East countries. What kind of example? Making pressure above the authorities for Sevil shows them that they cannot disregard and violate human rights without provoking reactions in the rest of the world. İf Sevil is a terrorist, we are all terrorists!

 

Please sign and forward this petition to show Sevil that she is not alone and to manifest your disapprobation towards the authoritarian degeneration of the power and government in Turkey : http://www.avaaz.org/en/petition/Liberez_Sevil_Sevimli/?ejXoodb

Repost 0
Published by gitfrance
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 14:56

 

Le 1er Août Pinar Selek sera encore jugée

 

Pınar Selek sera encore déférée devant la justice le 1er août 2012, en pleines vacances lorsqu’ Istanbul sera désertée. C’est la poursuite d’un acharnement judiciaire qui dure depuis 14 ans. Alors que son affaire est déjà achevée, et clairement terminée depuis longtemps.

 

Elle a été accusée il y a 14 ans, d’avoir posé une « bombe » dans le Marché aux épices d’Istanbul. En réalité, elle a été visée pour ses activités de sociologue travaillant sur les militants du PKK, parce qu’elle était une opposante défendant tous les laissés-pour-compte de la société turque : les Kurdes, les enfants de rue, les femmes, les homosexuels, les transgenres, et tant d’autres.

 

L’affaire est terminée parce que Pınar Selek avait été accusée sur la base d'un témoignage d’une tierce personne obtenu sous la torture. Le témoin s’est rétracté par la suite. Elle est terminée aussi parce que plusieurs expertises ont démontré qu’il n’y avait pas l’ombre d’une bombe ce jour là au Marché aux épices et que l’explosion provenait en réalité d’une bonbonne de gaz. L’affaire est terminée parce qu’enfin aucune preuve n’atteste de la présence de Pinar au marché aux épices ce jour-là.

 

D’ailleurs, l’affaire aurait  dû être terminée depuis longtemps puisqu’à trois reprises le tribunal l’a acquittée. Et à trois reprises aussi, le procureur de la Cour de cassation a fait appel du premier jugement. Entre temps Pınar Selek a été emprisonnée, torturée, sa famille harcelée.

 

Son procès est la manifestation d’un acharnement extrême pour faire taire une opposante, militante des droits humains, une scientifique qui a révolutionné la  sociologie des marges en Turquie, qui s’est engagée sans jamais perdre de vue sa neutralité axiologique. Mais Pınar Selek n’est pas neutre, elle refuse de l’être. Tel Jean-Paul Sartre en son temps, elle a toujours considéré qu'il est du devoir de l’intellectuel de prendre part à l'histoire qui s’écrit.

 

C’est ainsi que l’affaire Pınar Selek doit s’écrire désormais avec un A majuscule, renvoyant à une autre Affaire, française celle-ci, de conspiration d’Etat, l’affaire Dreyfus qui a reposé sur de faux témoignages, des preuves manipulées, des campagnes de presse, des juges dominés.

 

Son nouveau procès est celui de la liberté de pensée, d’expression, de recherche, d’association, en somme, celui de la démocratisation de la Turquie. En ce sens, il dépasse largement la personne de Pınar Selek, qui, elle, est condamnée à vivre en exil car constamment menacée d’arrestation, d’emprisonnement, de torture. Loin de chez elle, mais comme elle le dit, jusqu’où ?[1]

 

Nous appelons l’opinion publique française, turque, européenne, mondiale, à se tenir droit aux côtés de Pınar Selek pour cette nouvelle épreuve où se joue encore une fois le sort des libertés en Turquie.



[1] Voir son dernier ouvrage paru en français, Pinar Selek, Loin de chez moi… mais jusqu'où ?, aux éditions iXe, mars 2012.

 

 

Repost 0
Published by gitfrance
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 14:54

Pınar Selek : la lutte continue !

 

En raison de vices de forme, une nouvelle audience doit se tenir dans le cadre de l'affaire du Marché égyptien (1998), pour laquelle Pınar Selek a déjà été acquittée trois fois. Elle aura lieu le 1er août 2012 à 10 heures, à la 12e Haute cour criminelle d'Istanbul, à Çaglayan.

Pınar Selek ayant été acquittée trois fois au cours des quatorze années écoulées, la prolongation indéfinie de cette affaire est une véritable torture psychologique. Il faut rappeler qu'au cours de la dernière audience de cette affaire tortueuse, le Procureur a asséné un nouveau diktat en requérant une sentence de prison à perpétuité aggravée, considérant le jugement précédent comme « nul et non avenu ». Ce réquisitoire a été accueilli très négativement par les autorités légales et l'opinion publique.

Nous vivons une période où se multiplient des affaires qui entraînent une grave détérioration de la démocratie en Turquie ; cette répression s'opère sous des formes juridiques. Dans un tel contexte, nous sommes conscients qu'il faut s'attendre à de nouvelles tentatives visant à épuiser la résistance de Pınar Selek et à ruiner sa réputation. Plus que jamais, nous croyons dans une solidarité indéfectible et de tous les instants.

Pınar Selek a continué ses travaux de recherche sur des sujets considérés comme dangereux et tabous sans jamais renoncer à ses convictions anti-militaristes et pacifistes. C'est pourquoi, durant ces quatorze années, elle a été assaillie de campagnes de diffamation, d'attaques calomnieuses, confrontée à des interventions directes du pouvoir dans le processus judiciaire, notamment par la fabrication de fausses preuves. Ce sont des tentatives de destruction de sa personnalité ; mais elles n'ont jamais abouti, grâce à la sensibilité du public et à l'attitude de Pınar Selek, toute de fermeté et de clarté.

Une fois de plus, nous serons présents à l'audience du 1er août, pour exiger collectivement l'acquittement définitif pour Pınar Selek, une fois pour toutes. Patiemment mais résolument, nous continuerons jusqu'au bout notre combat pour la justice.



 

La Plateforme « Nous sommes témoins »

 

Voir : susam-sokak.fr

 

Repost 0
Published by gitfrance
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 00:22

Parmi les nombreux accusés toujours en détention préventive, il y a le fils de Ragıp Zarakolu, Deniz. Les libérations d'hier n’impliquent pas non plus que les charges soient abandonnées pour les inculpés. Cette première victoire ne peut suffire à l’amélioration réelle des libertés publiques et académiques en Turquie. La mobilisation nationale et internationale, et la possibilité donnée à l’opinion publique de se tenir informée grâce à des articles de presse (comme ceux Guillaume Perrier pour Le Monde) et à des blogs (comme celui d’Etienne Copeaux *) ont été déterminantes dans ce recul du gouvernement.

 

* Voir la vidéo de la première déclaration de Büşra Ersanlı avec le résumé de ses propos traduits en français :  http://0z.fr/fbiCb

Repost 0
Published by gitfrance
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 16:51

 

Büşra Ersanlı et Büşra Beste Önder, parmi 16 autres accusés du procès « KCK » d’Istanbul, viennent d'être libérées à Silivri. La mobilisation du GIT en France, aux USA et en Turquie y est pour quelque chose. Merci à tous. Nous resterons bien sûr mobilisés pour la suite.

Voir : http://bianet.org/bianet/toplum/139695-ersanli-dahil-16-kisiye-tahliye

Repost 0
Published by gitfrance
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 15:41

Le journal turc Taraf a demandé à Etienne Copeaux pourquoi il avait signé l’appel du GIT France paru dans Le Monde le 5 juillet (http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/07/04/le-grand-enfermement-des-libertes-en-turquie_1728821_3232.html). Voici sa réponse qu’il nous a autorisé à publier :

 

 

J'ai signé cet appel en tant que chercheur, spécialiste de la Turquie contemporaine. Voici plus de vingt ans, j'avais commencé mes recherches en étudiant le discours des manuels scolaires d'histoire, la « fabrication » de l'histoire à l'époque d'Atatürk - sur les pas de Büsra Hoca - et l'imprégnation des manuels scolaires par l'idéologie nationaliste. J'ai fait cela très scientifiquement, sans m'impliquer personnellement, mais il est évident que je n'aurais pas pu le faire sans dénoncer le nationalisme, donner des outils à ceux et celles qui veulent débusquer l'idéologie dans un discours historique -. Le nationalisme est porteur de malheur et de guerre - voir la Yougoslavie - et je sais parfaitement combien ce mot milliyetçilik a une valeur positive en Turquie. Je veux dire par là que même en faisant une thèse scientifique, j'étais en un certain sens engagé, et conscient de l'être. sinon j'aurais fait une thèse sur l'harmonie vocalique ou la cuisine turque au XVIIIe siècle, que sais-je !

En ce moment je fais une recherche sur les années 1990 et quand j'ai revu l'affaire du marché égyptien (juillet 1998) j'ai été scandalisé d'apprendre que Pınar Selek était toujours dans les ennuis, malgré trois acquittements.

J'ai senti alors que, en conscience, il ne m'était plus possible de continuer mes recherches comme si de rien n'était, comme si j'observais des insectes.

 

Mais pourquoi prendre parti sur des questions turques ?

Ces « questions turques » ne concernent pas seulement la Turquie. La Turquie pourrait devenir pays européen et donc cela me regarde. Cela me regarde aussi en tant qu'être humain, ami et proche de certaines personnes poursuivies (Büsra). Cela me regarde parce que la Turquie représente un « modèle » de pays capitaliste et libéral, avec une extrême-droite puissante et que ce modèle pourrait être copié (Hongrie). Des éléments de la culture politique qui prévalent en Turquie ont fait beaucoup de progrès en France même. Je ne veux pas de ce « modèle » ultra-libéral et répressif ; j'estime que là où il existe, il faut l'analyser, le faire connaître et le dénoncer.

Enfin cela me regarde parce que j'aime la Turquie et j'aime les Turcs ; la Turquie fait partie de moi-même ; j'y ai vécu, j'en ai connu chaque recoin, c'est en quelque sorte mon deuxième memleket. Cela me regarde parce que je souhaite à mes amis turcs le bonheur de pouvoir vivre en démocratie, dégagé d'une guerre qui dure depuis bientôt trente ans – nous savons ce que c'est, nous avons connu cela avec l'Algérie. Et croyez que je suis tout aussi exigeant vis-à-vis de mon pays, la France ; comme j'ai été, en exerçant mon métier de professeur d'histoire, aussi exigeant avec le discours des manuels d'histoire français que celui des manuels turcs.

 

C'est un engagement politique, si vous voulez, mais je m'engage en tant que chercheur, c'est-à-dire en tant que personne qui connaît la question, l’enracinement historique des problèmes, qui a accès à la langue. Les recherches que je fais sont susceptibles d'éclairer le présent, car le « présent » remonte au moins à 1923, si ce n'est 1915.

 

J'ai ressenti la nécessité de l'engagement à partir de l'affaire Pınar Selek mais je ressentais déjà un malaise, depuis longtemps, en considérant les cas d'Ismail Besikçi, ou de Yasar Kemal. Puis, l'arrestation de Büsra m'a mis en rage. C'est comme si nous étions sur un champ de bataille, avec le tir qui se rapproche et se précise, et je crains pour d'autres personnes.

 

Enfin mon engagement n'est pas dû au fait que des universitaires et autres intellectuels sont emprisonnés. Bien sûr, c'est mon milieu ; mais je suis tout aussi scandalisé – sinon plus – par les autres centaines ou milliers de prisonniers d'opinion en Turquie, les exécutions extra-judiciaires et les départs forcés en exil pour fuir la répression.

 

Quant à l'avis émis par Monsieur Davutoglu, je le respecte mais malheureusement je m'attends toujours à ce genre de réponse de la part d'un homme politique. C'est la manière classique des politiques de se défausser que d'affirmer « Mais mon cher Monsieur, nous sommes dans un Etat démocratique, un Etat de droit, les pouvoirs sont séparés et un membre du gouvernement ne peut pas intervenir dans le cours de la justice ». C'est un avis tellement usé !!! On sait très bien comment, dans tous les pays y compris la France, l'Etat manipule la justice.

D’ailleurs Monsieur Davutoglu se trompe sur un point : si effectivement la justice est indépendante, la police, dans tous les pays, dépend des gouvernants ; les arrestations, les maintiens en détention, les conditions de détention, l'usage de la torture ou de la violence, les conditions d'interrogatoires, tout cela dépend soit de la hiérarchie policière et donc du ministère de l'intérieur, soit de l'administration pénitentiaire (et non des juges) ; tout cela est donc susceptible – dans un Etat de droit – d'être contrôlé par la population. Si ce n'était pas le cas, ce serait vraiment grave pour la Turquie et les Turcs.

 

Voilà donc, « brièvement », pourquoi j'ai signé l'appel auquel vous faites allusion.

 

Bien cordialement,

 

Etienne Copeaux

 

 

Voir le site d’Etienne Copeaux : http://www.susam-sokak.fr/ et le site du journal Taraf : http://www.taraf.com.tr/haber/turkiye-sadece-turkiye-degildir.htm
Repost 0
Published by gitfrance
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 00:18

Le grand enfermement des libertés en Turquie

 

            Alors que La Turquie affiche un taux de croissance qui fait rêver le reste du monde, dû à la longévité du gouvernement issu du parti islamo-conservateur AKP –, l’envers de ce tableau devient alarmant : un pouvoir hégémonique exerce une répression judiciaire toujours accrue sur les universitaires, chercheurs, éditeurs, étudiants et journalistes. Des vagues d’arrestations massives font régner la peur dans tous les milieux démocrates. La justice maintient des mois ou des années les prévenus sur la base d’accusations inexistantes, puis organise comme à Istanbul lundi un immense procès politique  (193 accusés) destiné à briser le mouvement kurde civil et ses soutiens intellectuels.

Dans ce contexte, les libertés de recherche et d’enseignement sont particulièrement atteintes. Le cas le plus flagrant est celui de Büşra Ersanlı : professeure de science politique à l’Université de Marmara, membre du parti légal kurde BDP qui siège au Parlement, elle a été arrêtée le 28 octobre 2011 et doit être jugée dans le cadre de ce procès (dit « KCK »). Alors qu’elle est accusée de « diriger une organisation terroriste », son acte d’accusation ne fait qu’inventorier les activités ordinaires de n’importe quel chercheur : déplacements scientifiques à l’étranger, conversations téléphoniques avec des journalistes, études comparatives sur différentes constitutions européennes ou articles parus dans des journaux scientifiques. 

Ce genre d’accusations kafkaïennes est dirigé contre des milliers d’étudiants au sort également très préoccupant. Selon le récent rapport de l’Initiative de solidarité avec les étudiants détenus en Turquie (TODI), 771 étudiants se trouvent actuellement en détention, dont une large majorité est membre de l’organisation de jeunesse du BDP. Parmi eux, figure une autre Büşra, 22 ans, étudiante en science politique, qui dans ses lettres de prison souligne l’absurdité des accusations dont elle fait l’objet : des chansons en kurde trouvées dans son ordinateur, sa participation aux diverses manifestations et conférences de presse, etc. Comme elle, des centaines de jeunes gens se voient interdire d’étudier, soit qu’ils subissent de longues détentions préventives, soit qu’ils fassent l’objet des enquêtes disciplinaires menant souvent à leur exclusion des universités.

Selon la même logique, des dizaines de journalistes et d’éditeurs sont détenus pour avoir enquêté et publié comme leur profession les y engage. Posséder un ouvrage de sciences sociales devient en soi une preuve dans les actes d’accusation, rappelant les années de la dictature militaire. Comment se fait-il alors que des actes aussi ordinaires puissent être associés au crime de terrorisme ? La modification de la loi anti-terreur en 2006 a banalisé la définition du terrorisme de manière à ce qu’elle couvre la moitié des crimes énumérés dans le code pénal. Ainsi, selon l’Associated Press, un tiers des détenus accusés de terrorisme dans le monde entier se trouve dans les prisons turques. Rien d’étonnant à cela, puisque la nouvelle loi, au lieu d’établir un lien avec l’action armée, permet de criminaliser de simples actes d’expression publique. La participation à la marche des femmes du 8 Mars ou au défilé du 1er Mai devient ainsi une preuve d’affiliation au terrorisme dès lors qu’une organisation illégale a fait appel à y contribuer. 

Dans le domaine de la recherche, des menaces systématiques sont exercées sur la liberté des universitaires et des chercheurs. Un rapport du Groupe international de travail sur la liberté de recherche et d’enseignement (GIT Branche Turquie) établit de nombreux cas récents d’étouffement de cette liberté. Selon ce même rapport, les chercheurs qui travaillent sur des sujets et des terrains sensibles font l’objet d’intimidation et peuvent voir leurs activités passer sous le coup de la loi anti-terreur. La mainmise du gouvernement sur la recherche est d’ailleurs attestée par la modification du statut du TUBITAK,  l’équivalent du CNRS en Turquie, qui a perdu toute son autonomie – le numéro spécial de la revue de cette institution consacré à Darwin et à l’évolution a été ainsi censuré en 2009.

En découle toute une nouvelle définition de la « terreur », menée sans armes ni violence ni intention. En conséquence, la population carcérale a augmenté de 250 % en huit ans, et sur ce chiffre, la part de la détention préventive s’élève désormais à 40 %. Comme l’ont montré les récentes émeutes carcérales à Urfa, la surpopulation des prisons constitue elle-même une manière de punir les détenus. Et l’Association des droits de l’homme en Turquie a recensé des centaines de cas de torture et de traitements dégradants commis au sein des prisons pour la seule année 2011. 

Toutes ces atteintes aux libertés, associées aux décisions judiciaires arbitraires, dévoilent les aspects autoritaires du gouvernement AKP et expliquent les raisons pour lesquelles la société civile turque s’inquiète de son avenir. Les milieux diplomatiques    et les médias internationaux qui s’empressent de déclarer que la Turquie du Premier ministre Erdoğan est un pays modèle pour le Moyen Orient, pour sa stabilité politique et sa croissance économique, ferment les yeux sur le viol des libertés publiques, politiques et intellectuelles. On est loin de la démocratisation dont l’AKP s’était fait le héraut il y a 10 ans. Plutôt que de s’attaquer à l’appareil répressif de l’Etat hérité de la dictature militaire, il l’a repris à son propre compte et le dirige aujourd’hui contre tous les dissidents. Parmi eux, les chercheurs, les journalistes, les étudiants qui paient un lourd tribut au maintien d’un espoir démocratique. La voie de la liberté est de plus en plus étroite en Turquie. L’Europe doit en prendre conscience de toute urgence.

 

 

Samim Akgönül, enseignant-chercheur à l’Université de Strasbourg-CNRS, Salih Akın, maître de conférences à l’Université de Rouen, Janine Altounian, essayiste, traductrice, membre fondateur d’AIRCRIGE, Marie-Laure Basilien-Gainche, maître de conférences à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS/Sciences-Po Paris, Annette Becker, professeure à l’Université de Paris Ouest, Avner Ben-Amos, professeur à l’Université de Tel Aviv, Faruk Bilici, professeur à l’INALCO, Matthias Bjornlund, chercheur au Danish Institute for Study Abroad, Olivier Bouquet, maître de conférences à l’Université de Nice, Hamit Bozarslan, directeur d’études à l’EHESS, Jean-Paul Burdy, maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Grenoble, Lieven De Cauter, professeur au Mediaschool Rits de Bruxelles, Christophe Charle, professeur à l’Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne, Dominique Colas, professeur à Sciences-Po Paris, Etienne Copeaux, historien de la Turquie, Philippe Corcuff, maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Lyon, Yves Déloye, professeur à Sciences-Po Bordeaux et à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, secrétaire général de l’Association française de science politique, Gilles Dorronsoro, professeur à l’Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne, Vincent Duclert, professeur agrégé à l’EHESS et à Columbia University-Paris, Deborah Dultzin, Universidad Nacional Autonoma de Mexico, Ragıp Ege, professeur à l’université de Strasbourg, Jean-Louis Fabiani, directeur d’études à l’EHESS, Sylvie Gangloff, chargée de cours à l’INALCO, François Georgeon, directeur de recherche au CNRS, Catherine Goldstein, directrice de recherche à l’Institut Jussieu, Nilüfer Göle, directrice d’études à l’EHESS, Diana Gonzalez, enseignante à Sciences-Po Paris, Benjamin Gourisse, postdoctorant de l’Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne,  André Grelon, directeur d’études à l’EHESS, Gérard Groc, chercheur associé à l’IREMAN/CNRS, Erdal Kaynar, postdoctorant de l’EHESS, Ali Kazancigil, co-directeur de la revue Anatoli, Med Kechidi, maître de conférences à l’université de Toulouse, Raymond Kévorkian, professeur à l’Institut français de Géopolitique, Hans-Lukas Kieser, professeur à l’Université de Zurich, Michèle Lardy, maître de conférences à l’Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne, Gulçin Erdi Lelandais, Marie Curie Fellow University of Warwick, Henri Lombardi, CNRS Lab Besançon, Hélène Piralian-Simonyan, psychanalyste et membre fondateur de l’AIRCRIGE, Jean Marcou, professeur à l'IEP de Grenoble, Claire Mauss-Copeaux, chargée de recherches au CNRS, Claire Mouradian, directrice de recherche au CNRS, Veli Pehlivan, doctorante à l’EHESS, Jean-François Pérouse, maître de conférences à l’Université de Toulouse-II, Dalita Roger-Hacyan, maître de conférences à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Monique de Saint Martin, directrice d’études à l’EHESS, Emine Sarikartal, doctorante à l’université de Paris-Ouest, Inan Sevinç, doctorant et assistant à l’Université de Strasbourg, Roger W. Smith, professeur émérite au College of William and Mary (Williamsburg, Virginie), ancien président de l’International Association of Genocide Scholars, Emmanuel Szurek, doctorant à l’EHESS, Ferhat Taylan, doctorant à l’université de Bordeaux, Yves Ternon, historien du Génocide arménien et de l’Empire ottoman, Lucette Valensi, directrice d’études à l’EHESS, Murat Yıldızoğlu, professeur à l’université de Bordeaux, signataires de la Déclaration inaugurale du Groupe international de travail « Liberté de recherche et d’enseignement en Turquie » (GIT initiative créé à Paris le 21 novembre 2011).

 

 

 

 

Repost 0
Published by gitfrance
commenter cet article

Site De Git France (Groupe International De Travail)

L'initiative GIT

GIT France est la branche française du

Groupe de travail international (GIT)

« Liberté de recherche et d’enseignement en Turquie », une initiative internationale d’universitaires, de chercheurs, d’étudiants, de traducteurs et d’éditeurs née à Paris le 21 novembre 2011

 

sites d’nformations globales :

www.gitiniative.com

http://www.facebook.com/pages/GIT-Initiative/288505904533560?ref=ts

   

Branches du GIT dans de nombreux pays :

Branche en France : www.gitfrance.fr

info.gitfrance@gmail.com

Branche en Amérique du Nord : http://gitamerica.blogspot.com/

gitamerica@yahoo.com

 

Branche au Royaume-Uni : Dr. Cengiz Gunes (cgunes07@gmail.com); Dr. Derya Bayir (deryabayir@gmail.com); Dr. Prakash Shah ( prakash.shah@qmul.ac.uk); Dr. Kerem Oktem (kerem.oktem@sant.ac..uk)

 

Branche en Suisse :

info@sfst.ch 

 

Branche en Turquie :  http://gitturkiye.com/  

Dr. Zeynep Gambetti (zgambetti@gmail.com) ; Dr. Nesrin Uçarlar (nesrinucarlar@gmail.com)

 

Branche en Allemagne : http://gitgermany.wordpress.com/

gitgermany@yahoo.de

 

Branche en Grèce : Vasiliki Petsa (bisiapetsa@hotmail.com)

 

Branche en Italie : http://gititalia.wordpress.com/

git.italia@gmail.com

Recherche

Pour suivre l'actualité des libertés en Turquie

http://www.susam-sokak.fr/ (Blog d'Etienne Copeaux, historien de la Turquie)

http://istanbul.blog.lemonde.fr/ (Blog de Guillaume Perrier, correspondant du Monde en Turquie)

http://turquieeuropeenne.eu/ (site d'actualité et de traductions d'articles)

https://akgonul.wordpress.com/2011/12/ (Blog de Samim Agkönül, historien et politiste)

http://www.imprescriptible.fr/  (sur le génocide arménien)

(liste non exhaustive)

GITinitiative

 

 

Liens